Royan et le cinéma, c’est une longue histoire. Le pays royannais a souvent déroulé le tapis rouge pour les artistes. Ainsi, Danielle Darrieux possédait la villa Honey-Moon sur la corniche de Nauzan à Saint-Palais-sur-Mer. Sacha Guitry séjournait aussi ici, dans la villa Aigue Marine sur le boulevard Garnier de Royan. Enfin, le soldat Jean Moncorgé, plus connu sous le nom de Jean Gabin participa à la libération de la poche de Royan. Des studios d’Émile Couzinet aux nombreux tournages, les anecdotes sur Royan et le 7e art ne manque pas. Alors, installez-vous dans votre fauteuil et prenez vos popcorns : Royan fait son cinéma ! Moteur… Action !

batuhan toker – adobe stock

Les studios d’Émile Couzinet : la rencontre entre Royan et le cinéma

Émile Couzinet est né en 1896, un peu comme le cinéma. C’est en 1895 que, pour la première fois, des spectateurs assistent à la projection du film des frères Lumière « Sortie d’Usine ».

Royan et le cinéma - Couzinet

L’amour du cinéma suivra Émile toute sa vie. Au début des années 30, il devient directeur du casino municipal de Royan mais son ambition est d’allier Royan et le cinéma. Il habite notamment la villa « Rose Rouge », boulevard Garnier. Il transforme ensuite les entrepôts du casino (près de la gare) en studios de cinéma. En 1937, les Studios de Royan – Côte de Beauté sont alors les quatrièmes en France après Paris, Nice et Marseille. Ils possèdent ainsi cinq plateaux, une piscine et un éclairage de 1 500 ampères. Il y produit quatre films jusqu’en 1944. Et il a même l’honneur de faire tourner Rin-Tin-Tin, le célèbre chien policier ! Émile est à la fois, producteur, réalisateur, scénariste, dialoguiste, distributeur et exploitant.

Les 4 films des Studios de Royan :

  • Le Club des Fadas (1939)
  • L’intrigante ou « la Belle Bordelaise » (1940)
  • Andorra ou « les hommes d’Airain » (1942)
  • Le Brigand Gentilhomme (1943)

Mais la Seconde Guerre mondiale rattrape Royan et les projets d’Émile Couzinet. Ainsi, l’armée allemande réquisitionne les studios pour servir d’entrepôts. Plus aucun film n’y sera finalement tourné. Les lumières s’éteignent sur les Studios de Royan. Après les bombardements alliés de 1945, Émile tourne alors parmi les décombres ce qui deviendra un documentaire : « Royan, Cité Martyre ». La projection a lieu lors lors d’un gala de bienfaisance au Palais de Chaillot à Paris pour récolter des fonds pour la ville détruite. L’aide de vedettes comme Micheline Presle et Noël-Noël permet ainsi de récolter 500 mille francs.

Émile Couzinet quitte ensuite Royan pour créer les Studios Bordelais de la Côte d’Argent avec lesquels il poursuit son aventure cinématographique. En 1952, il revient alors à Pontaillac pour tourner les extérieurs de « Quand te tues-tu ? ». Après son décès en 1964, une messe lui est dédiée en l’église Notre-Dame de Royan.

L’histoire entre Royan et le cinéma continue…

Le Bureau d’Accueil des Tournages

Pour développer la notoriété et l’attractivité de la Charente-Maritime, le Conseil Départemental soutient et développe la production cinématographique et audiovisuelle. Ainsi, le département reçoit de plus en plus de tournages pour le cinéma ou la télévision. En 2020, le Bureau d’Accueil des Tournages (BAT) s’installe à La Rochelle. Il accompagne notamment des productions pour des repérages de décors intérieurs et extérieurs. Il met aussi à disposition des listes de figurants et de techniciens. De plus en plus de réalisateurs viennent en Charente-Maritime bénéficier des paysages, du patrimoine et surtout de la lumière si singulière. Pour la première fois, notre département sert de décor à une Palme d’Or du festival de Cannes avec le Tribunal de Saintes dans « Anatomie d’une chute » en 2023.

Royan profite également de cet outil. La station balnéaire a accueilli ainsi le tournage du film « Les Hennedricks » entre mai et juin 2023. Ce road-movie avec Dany Boon raconte l’histoire d’une famille qui doit ressouder ses liens lors d’un voyage.

Exemples de tournages

Les rendez-vous entre Royan et le cinéma n’ont pas manqué au fil des années. Remontons le temps et revenons sur quelques tournages pour le petit et le grand écran.

Fièvres (1942)

Ce film musical met en vedette Tino Rossi qui joue le rôle d’un chanteur terminant sa vie dans un couvent. Le réalisateur tourne ses extérieurs en bord de mer entre Royan et Saint-Georges de Didonne. L’abbaye de Sablonceaux sert de décor au monastère.

Point de chute (1970)

L’idole des jeunes, Johnny Hallyday joue un voyou, Vlad “le Roumain » qui séquestre une lycéenne de la haute bourgeoisie dans ce film de Robert Hossein. En attendant la rançon, les deux jeunes vont se rapprocher… L’équipe commence le tournage au lycée de Royan pour le poursuivre ensuite dans une cabane sur la baie de Bonne Anse.

Noyade Interdite (1987)

L’inspecteur Molinat revient au pays et enquête sur une série de noyades mystérieuses dans une station balnéaire. Ce film policier prend place à Saint-Palais-sur-Mer. On y retrouve des grands noms du cinéma comme Philippe Noiret, Guy Marchand, Andréa Ferréol, Gabrielle Lazure et Marie Trintigant. Le tournage autour de la plage du Bureau attire les curieux et de nombreux habitants peuvent s’enorgueillir d’avoir été figurants.

Les Noces Barbares  (1987)

Ce film est une adaptation de roman de Yann Queffélec, prix Goncourt en 1985. Ludovic, né du viol de sa maman par des soldats américains, vit caché dans le grenier de ses grands-parents. Plus tard, il s’installe dans un bateau échoué… Des cabanes ostréicoles aux carrelets de l’estuaire de la Gironde, les paysages du pays royannais servent de cadre au film. L’équipe, qui logeait à l’hôtel Le Grand Chalet à Ronce-les-Bains, se servait de la salle de cinéma Le Cristal pour visionner les rushes de tournage. Thierry Frémont remportera le César du meilleur jeune espoir masculin et Prix Jean Gabin pour le rôle de Ludo.

Maigret et la maison du juge (1992)

Le temps d’un épisode, le commissaire Maigret de Bruno Cremer enquête sur le juge Forlacroix, joué par Michel Bouquet, et dans la maison duquel un cadavre aurait été vu… Pour l’occasion, le Café de la Place de Chatressac à Chaillevette se renomme « Café du Port ». Amateur de cinéma et figure locale, le professeur de lettres du lycée de Royan et créateur du Groupe Théâtre de Royan, Paul Ghézi, y joue un petit rôle.

Mammuth (2010)

Ce road-movie de Benoît Delépine et Gustave Kervern suit Gérard Depardieu dans le rôle de Serge qui sillonne la France au guidon de sa Münch Mammuth. Également au casting de cette comédie sociale : Isabelle Adjani, Yolande Moreau, Benoît Poelvoorde… Au cours de son périple, Serge passe par le Front de Mer de Royan et s’arrête au Rancho, la célèbre boîte de nuit.

Hôtel de la Plage (2014)

Cette série télévisée diffusée sur France 2 prend place à Ronce-les-Bains et également sur les plages du Platin et de la Grande Côte. Cinq familles se retrouvent chaque été dans la station balnéaire pour des vacances hautes en couleurs. Une avant-première a lieu dans la salle de cinéma Le Cristal en présence de Bruno Solo.

making of l'hôtel de la plage à Mornac

Meurtres en pays d’Oléron (2018)

Le nom de ce film est trompeur puisqu’il se déroule principalement à Mornac-sur-Seudre ! La capitaine de gendarmerie enquête sur la mort d’un ostréiculteur dont le corps se trouve dans un cimetière protestant abandonné. Pour cela, elle travaille en collaboration avec le médecin légiste joué par Michel Cymes. Une partie du casting est présente  lors de l’avant-première dans la salle des fête du village.

Nos cérémonies (2023)

Ce premier long-métrage de Simon Rieth tourné autour de Royan entre mai et juin 2021 est sélectionné à la Semaine de la Critique du festival de Cannes 2022. Ce drame fantastique raconte l’histoire de deux frères qui reviennent à Royan, mettant en péril leur secret…

Sources : Citizen Couzinet de Françoise Mamolar – éditions Bonne Anse / c-royan.com

Thématiques

Ce contenu vous a été utile ?

Enregistrer

Partager ce contenu