La Solitaire du Figaro débarque à Royan du 31 août au 4 septembre 2022

Royan, ville-étape sur l’itinéraire de la course

Pour la première fois depuis la création de la prestigieuse épreuve nautique, la station balnéaire de Royan sera une des trois ville-étapes de la Solitaire du Figaro, avec Nantes (Loire-Atlantique) et Port-la-Forêt (Finistère). Une flotte de 30 à 35 monocoques de compétition fera une halte de quatre jours dans le port de plaisance, à proximité immédiate de la Grande Conche. Un village sera spécialement dressé pour l’évènement avec, à la clé, un copieux programme d’animations grand public : découverte des sports de plage, initiations aux activités nautiques, ateliers de déco marine…

Royan sera désormais inscrite dans l’Histoire de la Solitaire du Figaro. La mythique course à la voile, créée en 1970, a très souvent flirté avec la côte de la Perle de l’Atlantique, sans jamais s’y arrêter (2015, 2016, 2017, 2021 pour les éditions les plus récentes). Une lacune qui sera réparée cette année : pour la première fois, Royan intègre le parcours de La Solitaire.

Le 53ème circuit de cette compétition nautique, dévoilé en décembre dernier par ses organisateurs, fait de la station charentaise le point d’arrivée de sa deuxième étape, jeudi 1er septembre 2022, et la ville-départ de sa troisième et dernière étape vers Saint-Nazaire, le dimanche 4 septembre. Dans cet intervalle, le feu des projecteurs sera braqué sur la plage de la Grande Conche jouxtée par l’esplanade Kérimel où un village comprenant un espace scénique (pour la remise des prix notamment), des lieux d’exposition et un pôle d’animations sera ouvert dès le mercredi 31 août, veille du débarquement des skippers après quatre jours de périple et une double traversée de la Manche (plus de 1 000 km au total).

Leurs bateaux monotypes – les fameux Figaro Bénéteau 3, premiers du genre à être équipés de foils, des appendices arqués positionnés sur leurs flancs – resteront à quai dans le port de plaisance, à hauteur du ponton E, le plus proche de la plage de Royan et de ses festivités.

Programme de l’escale à Royan

La Solitaire du Figaro, plus de 50 ans d’histoire

La dimension médiatique et sportive de la Solitaire du Figaro va offrir une visibilité d’ampleur à la plus touristique des cités balnéaires de la Côte de Beauté : un prestige qui tient au statut d’épreuve reine atteint par cet évènement sportif quinquagénaire, dont les palmarès successifs déroulent une impressionnante liste de champions associés à des images cultes, des exploits héroïques et des péripéties légendaires en pleine mer.

Pendant ses dix premières années d’existence, cette compétition en solitaire fut « la Course de l’Aurore », du nom du journal au sein duquel travaillaient alors ses deux fondateurs, Jean-Louis Guillemard et Jean-Michel Barrault. 1980 marque le rachat de l’évènement par un autre titre d’information, Le Figaro, qui a progressivement fusionné avec son concurrent.

Solitaire-du-Figaro-2021

Solitaire du Figaro – édition 2021 ©Alexis Courcoux

À cette époque, la Solitaire a déjà fait ses preuves et frappé les esprits par quelques moments forts :

  • La victoire du très atypique Joan de Kat – surnommé le « barbu excentrique » lors de l’édition inaugurale de 1970 partie de Brest (en deux étapes).
  • Une première incursion dans les eaux anglaises en 1972.
  • La tempête de force 8 qui contraignit dix des quatorze participants à l’abandon sur l’étape Falmouth-Laredo en 1973.
  • L’exploit de l’anglaise Clare Francis en 1975, la seule femme à avoir remporté une étape sur cette épreuve.
  • L’hélitreuillage de Pierre Saint-Jalm depuis le Cap Lizard (Cornouailles) en 1978
  • Le sauvetage miraculeux de Pierre Follenfant l’année suivante, repéré en haute mer grâce sa lampe torche portée par une vague.

Évolution des types de bateaux

Jusqu’au début années 1990, la plupart des participants de la Solitaire du Figaro naviguaient à bord de Half Tonners d’environ 9 mètres. Ces voiliers étaient dotés de caractéristiques techniques variables en fonction des budgets investis, malgré l’imposition d’une jauge de course visant à égaliser les chances de chacun. Pour relancer l’intérêt sportif de la compétition, ses organisateurs ont fini par instaurer l’uniformité des caractéristiques de ses types de bateaux avec le Figaro Bénéteau construit par les chantiers éponymes à partir des plans dessinés par l’architecte naval Jean-Marie Finot.

Ce voilier monocoque de régate a depuis été décliné en trois versions :

  • le Figaro Bénéteau I en 1991 (9 mètres de long),
  • le II en 2003 (10 mètres)
  • et le III en 2017.

Ce dernier se distingue des autres par la présence de foils destinés à produire une force de portance capable d’accroître considérablement la vitesse du bateau (au-delà de 20 nœuds, soit plus de 35 km/h).

Solitaire du Figaro - édition 2021

Solitaire du Figaro – édition 2021 ©Alexis Courcoux

Six navigateurs ont remporté trois fois La Solitaire, dont le « Roi Jean », Jean Le Cam, recordman des podiums (en 1994, 1996 1999, et huit podiums au total) qui débuta dans l’épreuve à seulement 19 ans, en 1979. Philippe Poupon (1982, 1985, 1995), Michel Desjoyeaux (1992, 1998, 2007), Jérémie Beyou (2005, 2011, 2014), Yann Eliès (2012, 2013, 2015) et Armel Le Cléac’h ont inscrit leur nom au prestigieux palmarès de la course.

34 skippers participeront à l’édition 2022, dont cinq femmes.

Suivre l’événement

Solitaire du Figaro - Royan 2022