Les dunes littorales, un milieu fragile

Les dunes

Dès les beaux jours, la plage est un lieu de ressourcement et de divertissement. Mais l’environnement de certaines plages est fragile ; la végétation, la flore, les dunes sont particulièrement vulnérables.

Notre territoire a la chance d’abriter tous les stades de la dune : la dune embryonnaire, la dune blanche (mobile), la dune grise (fixée). Chacun de ces états abrite une faune et une flore adaptées à ces conditions extrêmes : embruns salés, vent, température, eau douce rare… Cet écosystème dunaire est donc considéré comme un habitat à forts enjeux écologiques à l’échelle de l’Europe à travers le classement en zone Natura 2000. De plus, la forêt des Combots et la Baie de Bonne Anse sont protégées par le Conservatoire du Littoral.

Dunes de la Côte Sauvage à La TrembladeCrédit photo : Thierry Avan

Les principales menaces de cet environnement très dynamique sont d’origines humaines (nettoyage de plage enlevant les laisses de mer, sur-fréquentation, piétinement, circulation sur les dunes, pollution) mais aussi naturelles (courants marins, tempêtes, et plus largement le changement climatique). La Côte Sauvage est une des côtes les plus mobiles de France ; par exemple, le secteur de l’Embellie a reculé de 160 mètres au cours des 7 dernières années (source : ONF). Le recul de la plage de la Grande Côte est lui aussi impressionnant. Les forêts protégeant notre territoire contre les érosions naturelles et les dunes, blanches et grises, sont la première ligne de défense.

Soucieux de la préservation de ce patrimoine naturel, des dispositifs de conservation sont mis en place avec notamment l’installation de ganivelles afin de canaliser le public, limiter le piétinement des zones les plus sensibles, créer des zones refuges pour la faune et la flore et accompagner les secteurs où la dune s’accroît naturellement.

Amoureux de notre paysage littoral, vous aussi vous pouvez nous aider à la préserver en adoptant les pratiques suivantes :

  • Pour accéder aux plages, empruntez les cheminements aménagés qui vous sont proposés. Le piétinement entraîne l’écrasement des plantes stabilisant les dunes et risque ainsi d’accélérer l’érosion du cordon dunaire.
  • Ne vous déplacez pas en véhicule y compris à vélo (électrique ou non) dans les espaces naturels de bord de mer (plages, dunes, baie de Bonne Anse). Ils ne sont pas ouverts à la circulation.
  • Ne ramassez pas les plantes présentes sur les dunes. Ces plantes, rares et fragiles, permettent de fixer les sables. Elles maintiennent les dunes, qui sont un rempart naturel aux submersions marines. De plus, certains insectes ne vivent que sur ces plantes ! Respectons donc leurs habitats.
  • Pensez à ramasser vos déchets ! Une cannette abandonnée mettra 100 ans à se dégrader, des emballages plastiques 450 ans. En plus de nuire à notre paysage, ils représentent un vrai danger pour la faune, qui les confond avec leur nourriture.
  • Ne laissez pas vos animaux en liberté. Les dunes abritent de nombreuses espèces (oiseaux, amphibiens, insectes, etc.) sensibles au dérangement, et pouvant être prédatées par les chiens divaguant sur le littoral. C’est particulièrement le cas au printemps et en début d’été où la saison de reproduction bat son plein, et en hiver où les oiseaux font le plein d’énergie en préparation de leur migration.

Le gravelot à collier interrompu, une espèce protégée

Une des espèces phares de nos dunes est le Gravelot à Collier interrompu. La Côte Sauvage accueille 30% de la population charentaise de Gravelot à Collier interrompu au moment de la reproduction, entre avril et juillet (source : comptage 2019, LPO Poitou-Charentes). Classé « en danger » sur la liste rouge des oiseaux nicheurs du Poitou-Charentes, ce statut s’explique par son mode de reproduction : le Gravelot fait son nid directement sur le sable ! Grâce à un littoral en bonne santé, il y trouve le gîte et le couvert, notamment grâce aux laisses de mer (débris naturels déposés à chaque marée) dont le ramassage doit être évité. Ces laisses de mer sont notamment à la source des formations des dunes. Tout est donc relié !

Pour aller plus loin sur le sujet, consultez le site de l’Observatoire Côte Aquitaine.

Gravelot sur la plage de sable fin de la Côte Sauvage

Regardez bien où vous posez votre serviette !

Crédits photos : Elisa Daviaud, Jennifer Fabre, Leïla Renon

Avec le soutien du réseau Natura 2000 (région Nouvelle-Aquitaine et Union Européenne – FEADER)