Retour Retour
Mornac-sur-Seudre

Sentier Détours N°1 – Mornac-sur-Seudre

Nos villes et villages recèlent bien des trésors... que l’on ignore ou que l’on évite le plus souvent, cachés à côté des trajets que nous empruntons, loin des itinéraires "directs".

Mornac-sur-Seudre

Boucle

Revêtement dur (goudron, ciment, plancher)

Balisage "Sentiers Détours"

Automne, Eté, Hiver, Printemps

Des lieux, des éléments de patrimoine, des points de vue ou des ambiances témoignent de l’histoire locale et racontent nombre d’anecdotes insolites.
C’est à cette flânerie que vous invitent ces nouveaux circuits au cœur des bourgs, pour quelques kilomètres (2 à 5 km) faciles d’accès et praticables en famille pour une heure.
Il est temps de prendre le temps...

Attention : circuit fermé du 1er novembre au 30 mars

Offres liées

Sur le parcours

Réservable en ligne
Fermé

L’Aigrette II – Seudre Croisières

Port de Mornac-sur-Seudre

Sentier Détours N°1 – Mornac-sur-Seudre

Distance : 3,4 km

Étape 1 : Départ du port

Prendre la rue des Basses Amarres pour sortir du bourg par la rue de l’Aide.
Prendre à droite avant le chemin vert pour partir sur une boucle qui ramène à l’autre bout du chemin vert.
Le port de Mornac a longtemps connu une forte activité de pêche et de trafic. Lors du négoce entre les ports de La Rochelle et de Bordeaux, les bateaux connaissaient de grandes difficultés en descendant par le pertuis de Maumusson, entre l’île d’Oléron et le continent. Les marchands vont se servir de Mornac comme port relai. Ainsi les bateaux entraient en Seudre jusqu’à Mornac où l’on déchargeait les marchandises sur des charrettes à bœufs qui étaient ensuite acheminées jusqu’à Royan où l’on rechargeait sur les gabarres pour redescendre sur Bordeaux.

Étape 2 : Le chenal de Mornac

Le chenal de Mornac ou l’acheneau (comme on dit ici) permet aux marins de remonter leurs bateaux jusqu’au port. Ce n’était pas chose aisée par vents contraires. Le halage était pratiqué à partir des digues par traction animale mais aussi humaine. Il ne faut pas oublier qu’à l’époque l’acheneau était plus courbé; ainsi le coude du Sud-Est fut redressé dans les années 1880 par la main de l’homme. Il reste encore aujourd’hui le coude du Noroît où il fallait souquer ferme si l’on voulait rentrer au port par vent de Nord-Est. C’est quand on a vu l’acheneau à la fois à marée haute et à marée basse que l’on comprend qu’ici, on vit au rythme des marées.

Vue aérienne sur le chenal de Mornac-sur-Seudre
Thierry Avan

Étape 3 : La cabane du saunier

Elle a été reconstruite en bois brut, recouverte de roseaux et ouverte à l’est. Elle permettait de remiser ses outils et de s’abriter des intempéries. Sur les bosses, les sauniers
cultivaient céréales et légumes.

Cabane de saunier sur le chenal à Mornac-sur-Seudre
Thierry Avan

Étape 4 : Vue sur le clocher, les origines de Mornac comme place forte

Son emplacement stratégique va faire de Mornac, une place forte dès le Moyen-Âge. La ville bâtie sur une butte calcaire du Crétacé, possède un château fort avec un donjon du même type que la tour de Broue (XIe siècle). Ces deux donjons communiquaient pour avertir d’une éventuelle invasion. En 1622, Soubise, chef des protestants détruit le donjon du château. Les fortifications sont alors démontées et les fossés sont comblés pour devenir des jardins.
Mornac est formé d’un bourg et de deux faubourgs à l’extérieur des fortifications : celui de la corderie et celui du prieuré.

Ce contenu vous a été utile ?

Enregistrer

Partager ce contenu